La guerre d’Israël à Gaza n’a fait que baliser la voie à une reconnaissance internationale de l’Etat de Palestine

Featured Stratégie

La sale guerre que mène Israël dans la bande de Gaza semble se retourner contre l’entité sioniste en balisant la voie à une reconnaissance internationale de l’Etat de Palestine dans le sillage de manifestions pro-palestiniennes inédites à travers le monde.

Dans le contexte de cette guerre meurtrière, l’Espagne et l’Irlande, membres de l’Union européenne (UE), ainsi que la Norvège ont annoncé ce mercredi 22 mai, leur reconnaissance officielle de  l’Etat de Palestine et comptent relancer le processus de paix sur la base d’une solution à deux Etats.

Ces trois pays viennent rejoindre les 143 Etats parmi les 193 pays membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) qui reconnaissent déjà l’Etat de Palestine.

Cette effervescence de solidarité internationale avec les Palestiniens intervient alors que l’armée de l’Etat sioniste poursuit encore son offensive meurtrière contre le Hamas en ciblant la localité de Rafah où se sont réfugiés près de 1,4 millions de civils palestiniens, dont plus de 35.000 majoritairement des femmes et des enfants innocents, ont été déjà abattus par les tirs des soldats du Tsahal.

Depuis le début de l’année 2024, sept autres pays ont reconnu l’Etat de Palestine, en revanche les 27 Etats membres de l’Union européenne (UE) dont certains entretiennent des relations diplomatiques avec l’Autorité palestinienne tout en soutenant Israël, hésitent encore à franchir le cap de la reconnaissance de l’Etat de Palestine.

Parmi ces pays, la France qui avait annoncé dernièrement à l’ONU, être favorable à l’admission de la Palestine comme membre de plein droit, et son président Emmanuel Macron avait affirmé en février dernier, que «la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est pas un tabou pour la France». Pour l’instant, la Palestine devrait se contenter du statut d’Etat observateur au sein de l’ONU, qu’elle avait obtenu en novembre 2012.

In fine, même si les Palestiniens gazaouis ont subi de lourdes pertes matérielles et humaines, ils ont par contre, gagné une marge inédite de sympathie et de solidarité exceptionnelle dans les quatre coins du monde dans le sillage des gigantesques manifestations pro-palestiniennes et particulièrement celles des milieux estudiantins et universitaires dans les pays alliés d’Israël et à leur tête les Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *