Banques US. Réglementation pour mieux résister aux chocs

Banques US. Réglementation  pour mieux résister aux chocs

fed-usaLe directoire de la Réserve fédérale américaine a adopté jeudi une proposition de réglementation des banques pour leur permettre de mieux résister à une crise financière comme celle de 2008.
Selon Ben Bernanke, le président en exercice de la Fed, la Banque centrale américaine, cette réglementation devrait mettre en pratique le ratio de liquidités de Bâle III, le nouveau cadre réglementaire international élaboré après la crise financière. Cette réglementation est inédite aux Etats-Unis et exige des banques qu’elles renforcent leurs réserves de liquidités.Le texte prévoit que les très grandes banques qui disposent de plus de 250 milliards de dollars d’actifs maintiennent en permanence leurs actifs liquides de qualité à un niveau suffisamment important qui puisse leur permettre de faire face à un stress financier de 30 jours.
Pour les banques moyennes dont les actifs sont compris entre 50 milliards et 250 milliards de dollars, la période de stress financier à laquelle le montant de leurs actifs doit résister est ramenée à 21 jours.L’imposition des ratios de liquidités devrait limiter ainsi les risques de défaillance, évitant de nouvelles crises et éviter à l’Etat américain de s’investir pour sauver des  banques comme il l’a fait lors de la crise de 2008.
Cette règle, soutenue par la future présidente de la Banque centrale américaine Janet Yellen, est soumise aux commentaires de la profession bancaire pendant une période de 90 jours. Elle devrait être effective début 2015.Les Etats-Unis ont longtemps été en retard par rapport aux autres pays, principalement européens, en matière de conformations aux normes financières internationales. Se conformer à Bâle III doit aider les USA à acquérir un système financier plus sûr et plus résilient.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + 2 =