France – Arabie Saoudite : un gros contrat en matière de défense

France – Arabie Saoudite : un gros contrat en matière de défense

ksa-hollande
Au cours de ce mois, ODAS, société en charge des intérêts des industriels français en Arabie Saoudite, s’est engagée à moderniser une partie de la flotte militaire de cet Etat. Un contrat d’une valeur d’un milliard d’euros, qu’elle compte remplir en collaboration  avec DCNS, Thales et MBDA.
En clair, ODAS et ses partenaires vont moderniser 4 frégates de classe Al Medinah et 2 pétroliers-ravitailleurs de classe Boraida. Ces appareils sont utilisés depuis les années 1985 – 1986, soit près de 3 décennies. En ce qui concerne la répartition du budget alloué pour ce faire, c’est DCNS, accompagné de son collaborateur local Zamil, qui se taille la part du lion avec 700 millions d’euros. Il est suivi de Thales (en deçà de 200 millions d’euros) et MBDA (40 à 50 millions d’euros). La dernière entreprise équipera les pétroliers-ravitailleurs de son récent système surface-air. Quant à  ODAS, elle s’occupera des infrastructures.
Quant au type d’engagement, il s’agit d’un contrat d’Etat à Etat, dit LEX (Life Extension Sawari 1). Il aura fallu 5 ans de discussions pour parvenir à le signer. A présent, le remplir constitue un autre grand défi : selon les clauses, DCNS devra installer une industrie à Djeddah ; en outre, le chantier naval français travaillera sur des appareils peu entretenus et dans un contexte nouveau. Tous ces éléments ont de quoi lui mettre la pression, d’autant plus qu’en donnant satisfaction à l’Etat saoudien, DCNS peut espérer rafler un autre contrat de modernisation, le Sawari 2. A ce propos, certaines sources confirment que le français se serait déjà engagé pour ce faire à hauteur de 150 millions d’euros.

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + dix-neuf =