L’Irak dépassé par l’explosion de violences

L’Irak dépassé par l’explosion de violences

irak-voiture-piegeeUne vague d’indignation a saisi hier dimanche la population irakienne au lendemain d’une vague d’attentats revendiquée par Al-Qaïda. La colère des irakiens est dirigée aussi bien contre les auteurs des attentats que contre les autorités du pays qu’ils jugent incapables de garantir leur sécurité.
La journée de samedi a été particulièrement meurtrière avec la mort de 74 personnes et plus de 320 autres blessées alors que la population célébrait l’Aïd el-Fitr qui marque la fin du mois sacré du jeûne pour les musulmans. Des sources policières et médicales ont rapporté le décès de 47 personnes à Bagdad après 11 attentats coordonnés à la voiture piégée. Les contrôles aux barrages routiers ont été renforcés par les forces de sécurité, mais cette mesure, courante après des attentats, n’a pas empêché de nouvelles violences. Ce mois de Ramadan a été le plus meurtrier en Irak depuis 2008 avec plus de 800 personnes tuées. Dans son communiqué de revendication publié dimanche sur des sites internet djihadistes, l’EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant), une branche d’Al-Qaïda, menace la communauté chiite du pays d’encore plus de violences.
La population irakienne semble avoir perdu confiance en ses dirigeants. Alors que la communauté internationale condamnait ses attentats et invitait les responsables politiques, religieux et communautaires à travailler ensemble pour combattre ces violences, les dirigeants irakiens se distinguaient par leur mutisme. Dans leurs tentatives de réaction, les dirigeants irakiens sont accusés par l’organisation Human Rights Watch de recourir à la torture des suspects et aux aveux forcés. Les attentats terroristes pourraient même augmenter dans le pays après les attaques il y a quasiment trois semaines par l’EIIL de deux prisons irakiennes. Ces attaques ont permis l’évasion de plusieurs centaines de détenus, dont deux hauts responsables du réseau extrémiste.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

douze − 7 =