Grande-Bretagne : nouveau scandale financier en vue

Grande-Bretagne : nouveau scandale financier en vue

fca-ukSuite à une allégation mercredi dernier de l’agence Bloomberg, le régulateur britannique des marchés FCA (Financial Conduct Authority) a ouvert le même jour une enquête préliminaire sur une possible manipulation du marché des devises.
Le FCA a demandé des informations à Citigroup et à Deutche Bank qui domine le marché. La manipulation que dit avoir découvert l’agence Bloomberg concerne un taux de référence particulier, le WM/Reuters. Calculé toutes les heures pour 158 monnaies, il donne un prix de référence utilisé par les fonds institutionnels, particulièrement les fonds de pension, pour calculer la valeur de leurs actifs détenus à l’étranger. Le fonctionnement du système veut que ce taux soit calculé pendant un temps de 60 secondes. Et selon Bloomberg, qui s’appuie sur le témoignage de cinq courtiers, des traders s’entendraient pour le manipuler en plaçant de nombreux ordres pendant ce bref intervalle de temps. La révélation de Bloomberg n’a pas perturbé plus que ça les salles de marché. Pour de nombreux spécialistes, une telle manipulation est très difficile à réaliser en raison de la taille du marché des devises, qui est le plus grand au monde. Ils affirment également que cette pratique ne serait pas illégale même si elle était avérée, vu qu’il est normal de profiter des imperfections du système. D’autant plus que les devises ne sont pas régulées et que ce marché est l’un des moins encadrés.
Malgré l’existence de différences notables, cette nouvelle affaire n’est pas sans rappeler celle du scandale du Libor. Les banques Barclays, UBS et RBS ont été condamnées par les régulateurs financiers à des amendes d’un total de plus de 2.6 milliards de dollars US pour la manipulation de ce taux d’intérêt entre 2005 et 2010. D’autres établissements financiers font toujours l’objet d’une enquête.

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatorze + quinze =