Un jeu de liste entre Poutine et l’Oncle Sam

Un jeu de liste entre Poutine et l’Oncle Sam

L’hiver est de retour avec cet ancien jeu de liste, Les Etats Unis ont publié la liste « Magnitsky » de personnalités russes non grata sur le sol américain. Cette liste a été établie d’après le nom de Sergei Magnitsky, un avocat russe décédé de la suite de ses blessures dans sa cellule moscovite, sans aucune assistance médicale.

D’après le journal The Guardian, le Département du Trésor américain a publié vendredi une liste de 18 noms suspectés d’avoir été impliqué dans des violations de droits de l’homme, corruption, et crime organisé. The Magnistky Act, est une loi faisant référence à Sergei Magnitsky, qui a dénoncé des officiels russes qui auraient dérobé 230 millions de dollars en évasion fiscale. Les personnes figurant sur cette liste seront bannis d’entrée aux Etats Unis, et leurs avoirs gelés.

D’après le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères Russe : « Cette guerre de liste n’est pas notre choix, mais nous devons répondre à ce chantage. Le temps est venu pour les politiciens de Washington de réaliser que construire une relation avec un pays comme la Russie dans un esprit de dictat est sans espoir ».

L’administration Obama a hésité à appliquer la loi, sachant que la Russie pourrait aider à soulager les tensions entre les Etats Unis et la Corée du Nord. Cependant, la pression des groupes de lobbying et des membres de l’opposition russe ont forcé la main du Congrès. De plus, seulement 18 noms figurent sur la liste, et certaines personnes directement impliquées dans la mort de Sergei Magnitsky ne sont pas dessus. Les officiels russes, ainsi que des membres de l’opposition s’attendaient à ce que la liste comporte plus de 200 noms, ce qui n’est apparemment pas le cas.

La réponse de la Russie ne s’est pas faite attendre, en publiant une autre liste de personnalités non grata. La liste russe est composée de 18 noms d’officiels américains qui seraient liés à des violations des droits de l’homme sur les prisonniers de Guantanamo Bay. En publiant cette liste, la Russie voulait montrer qu’elle ne se laissera pas intimider ou menacer par les Etats Unis, ou quelconque autre nation.

D’après le Département d’Etat américain, une autre liste secrète existerait et contiendrait les noms de hautes personnalités russes, qui ne seront pas bannis d’entrée sur le territoire de l’Oncle Sam.

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + trois =