La Suisse : Un principe de réciprocité avec les chinois

La Suisse : Un principe de réciprocité avec les chinois

Les entreprises suisses devraient pouvoir acquérir des sociétés chinoises sans restriction, une commission du National, la Chambre basse du parlement, ayant soutenu une motion en ce sens du Conseil des Etats (sénat).

Le texte, adopté par les sénateurs en décembre, veut instaurer un « principe de réciprocité ». En contrepartie des possibilités d’investissement offertes à la Chine en Suisse, les entreprises helvétiques devraient pouvoir acquérir des parts de sociétés chinoises sans restriction, voire en prendre le contrôle.

La commission de politique extérieure du Conseil national a soutenu la motion par 15 voix contre 9, indiquent mardi les services du Parlement. Le plénum pourra désormais se prononcer.

Le Conseil fédéral (gouvernement) y est opposé. Selon lui, il n’est ni possible ni judicieux d’instaurer une réciprocité totale dans tous les secteurs. La question sera abordée lors de la modernisation de l’accord de libre-échange avec Pékin.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.