LinkedIn va quitter la Chine

LinkedIn va quitter la Chine

Le géant informatique américain Miscrosoft a annoncé hier jeudi qu’il allait fermer son réseau professionnel LinkedIn en Chine d’ici la fin de l’année, une décision qu’il a justifié par « un environnement opérationnel difficile ».

LinkedIn a précisé qu’une nouvelle application pour des candidatures professionnelles, nommée InJobs, allait prochainement être lancée en Chine en remplacement de sa plateforme. Cette version simplifiée du réseau social se concentrera uniquement sur les emplois et n’inclura ni flux social ni options de partage. 

La décision de Microsoft marque le retrait du dernier grand réseau social américain en Chine. Microsoft, qui a racheté LinkedIn en 2016 pour plus de 26 milliards de dollars, était le dernier pilier américain de la tech à être présent de manière légale et soutenue sur l’Internet chinois, au prix d’une censure de certains des contenus postés. 

Les réseaux sociaux Facebook et Twitter sont bannis de Chine depuis plus d’une décennie. Google a quitté le pays en 2010. Le site d’Amazon est accessible depuis la Chine mais le géant du commerce en ligne n’y a jamais vraiment percé, le marché étant dominé par des acteurs locaux comme Alibaba ou JD.com. 

Les autorités chinoises ont renforcé ces derniers mois leur contrôle sur le secteur de l’Internet, que ce soit en matière de contenus ou de protection de la vie privée des utilisateurs. C’est déjà avec des fonctionnalités limitées que LinkedIn avait été lancé en février 2014 sur le marché chinois, justement pour se plier aux règles strictes encadrant Internet dans le pays.

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.