La Belgique: 750 millions d’euros de moins du paquet de relance européen

La Belgique: 750 millions d’euros de moins du paquet de relance européen

La Belgique pourrait recevoir 750 millions d’euros de moins du paquet de relance européen qui lui était destiné, selon les estimations initiales, en raison de ses bonnes prestations économiques, indique la Revue économique de septembre de la Banque nationale de Belgique (BNB).

En juin, la Commission européenne avait approuvé un plan de relance belge associé à 5,9 milliards d’euros de subventions européennes, pour la période 2021-2026. Mais « ce montant devrait être révisé en 2022, lorsque l’évolution du PIB entre 2019 et 2021 sera connue. Selon les prévisions d’été de la Commission, la Belgique pourrait recevoir 750 millions d’euros de moins que prévu actuellement, les performances économiques de la Belgique ayant récemment été meilleures que celles d’autres États membres de l’UE », explique la BNB.

Avec ces fonds, la Belgique entend investir dans la mobilité douce et les technologies, entre autres. Des mesures vont également être prises pour répondre à la problématique de la sécheresse et pour préserver la biodiversité.

Dès le départ, il était déterminé que le total des subventions de la « Facilité pour la reprise et la résilience », la plus importante enveloppe du plan de relance post-Covid de l’UE, serait réparti pour 70% en fonction de chiffres déjà connus (taille de la population, PIB par habitant, taux de chômage moyen 2015-2019), et pour 30% en fonction de données qui vont encore varier. Ces 30% du total des subventions ne seront définitivement répartis entre Etats membres qu’après juin 2022, car ils doivent être basés sur la perte de PIB réel observée en 2020 et la perte cumulée de PIB réel observée sur la période 2020-2021.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.