Le Roi du Maroc tend à nouveau la main aux dirigeants algériens pour la normalisation

Le Roi du Maroc tend à nouveau la main aux dirigeants algériens pour la normalisation

Le Roi du Maroc, Mohammed VI a une nouvelle fois appelé les dirigeants algériens à la normalisation des rapports entre les deux pays frères et voisins et la réouverture des frontières dans l’intérêt bien compris des peuples frères marocain et algérien.

Dans un discours prononcé samedi soir à l’occasion du 22ème anniversaire de son intronisation, le souverain marocain après avoir abordé les traits saillants de la situation sanitaire et économique dans le Royaume, à longuement parlé des rapports bilatéraux entre le Maroc et l’Algérie qui, a-t-il déploré, ne sont pas au beau fixe.  

«Nous renouvelons Notre invitation sincère à Nos frères en Algérie, pour œuvrer de concert et sans conditions à l’établissement de relations bilatérales fondées sur la confiance, le dialogue et le bon voisinage», a déclaré le Roi Mohammed VI en soulignant que «l’état actuel de ces relations ne Nous satisfait guère car il ne sert en rien les intérêts respectifs de Nos deux peuples. Il est même jugé inacceptable par bon nombre de pays».

« Entre deux pays voisins et deux peuples frères, l’état normal des choses, c’est Notre conviction intime, est que les frontières soient et demeurent ouvertes », a-t-il ajouté, affirmant que «leur fermeture heurte un droit naturel et un principe juridique authentique, consacré par les instruments internationaux, notamment le Traité de Marrakech, texte fondateur de l’Union du Maghreb Arabe qui prévoit la libre circulation des personnes, des services, des marchandises et des capitaux entre les pays constitutifs de l’espace maghrébin».

Il a de même déploré « les tensions médiatiques et diplomatiques qui agitent les relations entre le Maroc et l’Algérie »,estimant qu’elle « nuisent à l’image des deux pays et laissent une impression négative, notamment dans les enceintes internationales ».

« Aussi, a dit le souverain, Nous appelons à faire prévaloir la sagesse et les intérêts supérieurs de nos deux pays. Nous pourrons ainsi dépasser cette situation déplorable qui gâche les potentialités de nos deux pays, au grand dam de nos deux peuples et des liens d’affection et de fraternité qui les unissent».

Le Roi Mohammed VI a enfin invité «à sa plus proche convenance, son excellence le Président algérien, à œuvrer à l’unisson au développement des rapports fraternels tissés par Nos deux peuples durant des années de lutte commune».

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.