Israël-Législatives : Fin du parcours de l’indéboulonnable B. Netanyahu

Israël-Législatives : Fin du parcours de l’indéboulonnable B. Netanyahu

L’indéboulonnable Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu a finalement rendu le tablier après l’approbation par 60 voix contre 59 du nouveau gouvernement ce dimanche de la Knesset (Parlement), en cédant son poste à Naftali Bennett, leader de Yamina, un petit parti de la droite ultra-nationaliste et religieuse. Ce vote serré est à l’image d’une majorité qui n’a tenu et ne tient qu’à un fil. 

Le nouveau gouvernement comprend vingt-huit ministres dont six vice-ministres et constitue l’un des plus larges cabinets de toute l’histoire d’Israël et comptera pour la première fois dans ses soutiens un parti arabe, sans avoir obtenu une majorité confortable au Parlement. 

Ce gouvernement résulte de l’alliance improbable de huit partis de gauche, du centre, de droite et de droite radicale en plus de la participation du Raam, un mouvement islamiste représentant la sensibilité conservatrice de la population arabe israélienne. 

Si l’accord tient jusque-là, un système de rotation prévoit de confier au bout de deux ans les rênes du pouvoir au centriste Yaïr Lapid, le concepteur de la coalition d’alternance. 

Mais les analystes sont plus que dubitatifs quant à la pérennité de cette coalition. Car au-delà de leur unité autour de la volonté de se débarrasser de Benjamin Netanyahu, qui était au pouvoir depuis 12 ans et devient le chef de l’opposition, les possibles sujets de discorde sont nombreux, entre les questions sociétales comme la place de la religion, les rapports entre la politique et la justice, entre juifs conservateurs et réformistes, ou encore les sujets très sensibles comme la colonisation de la Cisjordanie ou la création d’un Etat palestinien. 

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.