Accord fiscal entre Israël et les Emirats arabes unis pour booster les investissements

Accord fiscal entre Israël et les Emirats arabes unis pour booster les investissements

Le ministre israélien des Finances, Israël Katz a annoncé la signature hier lundi par Israël et les Emirats arabes unis d’une convention fiscale visant à stimuler les investissements dans chacun des deux pays. 

Cette convention fiscale, la 59ème d’Israël, est la première conclue avec un pays du Golfe, à la suite de la normalisation des relations d’Israël avec les Emirats arabes unis et Bahreïn il y a près de neuf mois.

Selon le communiqué du ministre israélien des Finances, le traité qui est basé principalement sur le modèle de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), prévoit des dispositions relatives à l’échange d’informations, à la non discrimination et à la prévention des abus, mais surtout, une réduction du taux d’imposition pour les investisseurs afin d’éviter les doubles impositions entre les deux pays.  

La convention doit encore être ratifiée par la Knesset, le Parlement israélien, et le gouvernement pour entrer en vigueur le 1er janvier prochain. 

De nombreux accords commerciaux entre Israël et les Emirats arabes unis ont été signés dans la foulée de la normalisation entre les deux pays scellée  le 15 septembre dernier à la Maison Blanche, sous l’égide des Etats-Unis. 

Les Emirats arabes unis sont ainsi devenus le troisième Etat arabe à établir des relations diplomatiques avec Israël, après l’Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994. Ils ont été suivis par Bahreïn, le Maroc et le Soudan, toujours sous l’égide des Etats-Unis de l’ancien président Donald Trump.

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.