Royaume-Uni : Remaniement du Parti travailliste après une déroute électorale

Royaume-Uni : Remaniement du Parti travailliste après une déroute électorale

Après les résultats décevants de son parti lors des dernières élections locales, Keir Starmer, le chef du Parti travailliste, le principal parti d’opposition au Royaume-Uni, a annoncé hier dimanche un remaniement de son «cabinet fantôme», pour tenter de redonner un nouveau souffle au parti. 

Anneliese Dodds, députée d’oxford Est qui était en charge de l’Economie et des Finances, a cédé son poste à l’ancienne économiste Rachel Reeves, députée de Leeds West, Brown qui est remplacé par Alan Campbell. 

Limogée samedi en tant que présidente du parti et coordinatrice des élections, Angela Rayner retrouve finalement un poste important au sein de ce cabinet fantôme où elle est chargée de la coordination. En plus de ce remaniement, Keir Starmer a embauché Deborah Mattinson comme directrice de stratégie l’ancienne responsable des sondages de l’ex-Premier ministre Gordon Brown. 

Les élections locales de jeudi ont vu les conservateurs progresser en Angleterre, gagnant plus de 200 conseillers supplémentaires. Le Parti conservateur du Premier ministre Boris Johnson a même pris au Labour son bastion d’Hartlepool, qui avait toujours voté travailliste depuis les années 1970. Le Labour a également perdu au profit des conservateurs le contrôle du conseil de Durham, dans le nord-est, pour la première fois depuis 1925. 

Toutefois, il a conservé plusieurs fiefs importants, notamment à Londres, où Sadiq Khan a été réélu face au conservateur Shaun Bailey ou encore à Manchester, Liverpool, dans le nord, et Bristol dans l’ouest. Le Parti travailliste a également obtenu 30 des 60 sièges du parlement local au Pays de Galles, contre 16 pour les conservateurs. 

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.