Ouverture en Chine du procès d’un deuxième Canadien accusé d’espionnage

Ouverture en Chine du procès d’un deuxième Canadien accusé d’espionnage

Le procès de l’ex-diplomate canadien Michael Kovrig, détenu en Chine depuis plus de deux ans, pour «espionnage», s’est ouvert ce lundi à Pékin, trois jours seulement après celui de son compatriote Michael Spavor à Dandong (nord-est). 

Le procès de Michael Spavor, s’est achevé vendredi après une audience de plus de deux heures, sans qu’un verdict ne soit rendu public. 

Comme lors de ce procès, les représentants de l’ambassade du Canada en Chine n’ont pas été autorisés à assister ce lundi à l’audition de Michael Kovrig 49 ans, pas plus que les diplomates de 26 pays, dont l’Allemagne, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, qui étaient présents aux abords du tribunal. 

Une fonctionnaire du tribunal populaire intermédiaire numéro deux de Pékin, où est jugé Michael Kovrig, a expliqué que le public n’était pas autorisé à assister au procès puisque l’affaire relève de la «sécurité nationale». 

Les deux hommes ont été arrêtés en décembre 2018, peu après l’interpellation au Canada d’une dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, à la demande des Etats-Unis, et risquent touts deux une peine de prison à perpétuité. La nature exacte des accusations contre les deux Canadiens n’est pas connue. 

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.