Premier amarrage en orbite lunaire réussi pour la Chine

Premier amarrage en orbite lunaire réussi pour la Chine

La Chine vient de réaliser une étape cruciale dans la course vers l’espace en mettant en orbite sa sonde Chang’e-5, rejoignant ainsi les Etats-Unis qui ont réussi il y a 51 ans, à planter leur drapeau sur la Lune grâce à la mission d’Apollo-11 en juillet 1969. 

La mission de la sonde Chang’e-5 (déesse de la Lune dans la mythologie chinoise) visait à rapporter des échantillons de sol lunaire. Le module de remontée (du sol vers l’orbite lunaire) est arrivé mardi sur la Lune et y a déployé le drapeau chinois. 

Le patron du projet Li Yunfeng a expliqué au quotidien Gobal Times, que le drapeau chinois planté sur la Lune fait 2 mètres de large sur 90 centimètres et pèse près d’un kilogramme. 

Les matériaux utilisés protègent le drapeau chinois contre les très basses températures et les rayons du soleil et le rendent indestructible, sachant qu’un drapeau national ordinaire ne résisterait pas aux conditions climatiques lunaires très difficiles. 

Le module avait quitté jeudi la Lune, chargé d’échantillons, et a réussi hier dimanche à s’amarrer au module placé en orbite lunaire, une nouvelle première pour le programme spatial chinois. 

Les images du drapeau chinois sur la Lune ne sont parvenues à la Terre que samedi, alors que la sonde Chang’e-5 était sur le chemin du retour vers la Terre où elle devrait atterrir en Mongolie intérieure. 

La Chine pourrait ainsi devenir le troisième pays au monde à rapporter des échantillons de la Lune après les Etats-Unis et l’ex-URSS. Cette mission est la nouvelle étape du programme spatial chinois, qui avait frappé un grand coup début 2019 en faisant atterrir un engin sur la face cachée de la Lune, une première mondiale. 

Le géant asiatique avait déjà fait alunir deux petits robots téléguidés, les « lapins de jade » en 2013 et 2019, mais sans planter de drapeau. La Chine, qui investit des milliards d’euros dans son programme spatial et qui rivalise déjà avec les Etats-Unis et les Emirats arabes unis dans la course vers la planète Mars, affiche clairement l’objectif de rattraper et de dépasser un jour les Américains, les Russes et l’Europe dans leur conquête spatiale. 

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.