Le Maroc élu président de la 64ème Conférence générale de l’AIEA

Le Maroc élu président de la 64ème Conférence générale de l’AIEA

Le Maroc a été élu, lundi à Vienne en la personne de son Ambassadeur en Autriche, Azzeddine Farhane, président de la 64ème Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’organe directeur suprême de cet organisme de l’ONU et dont les travaux se tiennent en visioconférence à partir de ce lundi.

Il s’agit de la première fois que le Maroc accède à la présidence de la Conférence générale de l’AIEA, qui est le centre international de la coopération dans le domaine du nucléaire, et œuvre à la promotion de l’utilisation sûre, sécurisée et pacifique des technologies nucléaires.

“Le Maroc souligne l’impératif de renforcer et d’intensifier les efforts pour revoir la composition du Conseil des gouverneurs, en tant que prélude fondamental pour renforcer la gouvernance de l’Agence”, a souligné le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, dans une allocution prononcée en visioconférence, à  l’ouverture des travaux de la 64ème Conférence générale de l’AIEA.

Le ministre a souligné l’importance de revoir certaines dispositions vieilles de 21 ans, regrettant que cette réforme n’ait acquis l’adhésion que de 62 pays seulement sur les 110 Etats membres de l’agence onusienne. Autant dire que le Maroc considère cette étape comme un pas fondamental sur la voie du renforcement de la gouvernance, tel que stipulé par les dispositions légales de l’AIEA, a affirmé le ministre.

Le ministre marocain a également salué au nom de son pays, l’engagement de l’AIEA, sous le la direction de son DG, à soutenir les efforts des Etats membres dans la lutte contre la pandémie.
Il a en outre exprimé la considération du Maroc aux aides urgentes fournies par l’AIEA à 150 Etats membres, dont 45 pays africains, soulignant que «les principes de la solidarité et de la coopération Sud-Sud, loin d’être des slogans creux, sont pour le Maroc des axes fondamentaux qui encadrent sa politique étrangère, dont les jalons ont été posés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI».

 

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *