EI revendique l’assassinat de six humanitaires français le mois dernier au Niger

EI revendique l’assassinat de six humanitaires français le mois dernier au Niger

L’organisation Etat islamique (EI) a revendiqué hier jeudi, via son organe de propagande «Al-Naba», l’assassinat le 9 août dernier au Niger, de huit personnes, six humanitaires français, deux hommes et quatre femmes, et leurs chauffeur et guide nigériens, alors qu’ils visitaient la réserve de girafes de Kouré, située à 60 km au sud-est de la capitale Niamey. 

La publication, authentifiée par de multiples sources, dont l’organe américain SITE spécialisé dans la surveillance des groupes djihadistes, évoque une «attaque éclair» dans la région de Kouré ayant abouti à la mort de six «croisés» français et deux «apostats» nigériens. 

Al-Naba a consacré une page à l’attaque dans son numéro daté de jeudi, diffusant deux photos mais ne donnant que peu de détails sur l’attentat en question. 

Un expert cité par l’Agence France-Presse (AFP) et qui a requis l’anonymat, a indiqué que cette publication ne permet en aucun cas de déterminer si l’opération a été minutieusement préparée ou si le sort des huit victimes s’est décidé au moment de leur rencontre avec les hommes armés, pas plus que de déterminer si la revendication est ou non purement opportuniste, ni si les meurtriers avaient fait allégeance au groupe EI avant ou après le 9 août. 

Les volontaires français avaient été envoyés par l’ONG française Acted au Niger, pour apporter de l’aide aux populations déplacées et ils étaient basés à Niamey. Le ministre nigérien de l’Intérieur, Alkache Alhada avait annoncé quelques jours après l’attentat, l’arrestation d’un suspect, sans préciser son identité ni ses éventuels liens avec tel ou tel groupe. 

Malgré la multiplication ces derniers mois des offensives des armées française et des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad), la situation sécuritaire demeure extrêmement dégradée dans la région, sur fond de déliquescence des Etats centraux, incapables de reconquérir politiquement les territoires contrôlés par les groupes armés, notamment l’Etat islamique et son rival Al-Qaïda, qui ont fait des centaines de morts. 

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *