Résultats contradictoires de deux études sur un possible traitement contre le Covid-19

Résultats contradictoires de deux études sur un possible traitement contre le Covid-19

Le laboratoire américain Gilead Sciences a indiqué hier mercredi que des essais ont montré des résultats « positifs » du médicament antiviral espérimental Remdesivir chez des malades du Covid-19, des résultats en contradiction avec ceux d’une étude chinoise. 

Le Remdesivir est un antiviral développé par Gilead Sciences. Mis au point pour lutter contre le virus Ebola, il n’a jamais été approuvé car les résultats d’un essai clinique en Afrique n’avaient pas convaincu. Mais injecté quotidiennement par intraveineuse pendant 10 jours, il s’insère dans le matériel génétique du coronavirus et le court-circuite pour l’empêcher de se répliquer. 

Les tests du laboratoire Gilead ont eu lieu dans le cadre d’un grand essai clinique sur 1.063 patients dans 47 sites aux Etats-Unis et 21 autres en Europe et en Asie, mené en partenariat avec l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses. 

Selon des résultats préliminaires, le Remdesivir a accéléré de 31% le temps de rétablissement des malades du Covid-19. Dans un communiqué, les NIH (Instituts de santé américains) qui ont parrainé cette étude, affirment que, comparés aux malades ayant reçu un placebo, les patients traités avec le Remdesivir ont guéri en 11 jours (temps médian) au lieu de 15 jours. 

Dans la foulée de cette annonce qui a été approuvée par son conseiller le Docteur Anthony Fauci, le président américain Donald Trump a demandé à l’Agence américaine du médicament (FDA) d’accorder « rapidement » une autorisation d’utilisation en urgence qui permettrait au Remdesivir d’être administré dans les hôpitaux hors d’essais cliniques. 

Pourtant, une étude réalisée en Chine et publiée hier mercredi dans la revue médicale The Lancet affirme que le Remdesivir n’a montré aucun « bénéfice clinique significatif », ni sur le temps de guérison, ni sur la mortalité liée au Covid-19 par rapport à un placebo. 

Les auteurs de cette étude reconnaissant que leur étude ayant été stoppée plus tôt que prévu, estiment qu’il faut d’autres travaux pour déterminer si un traitement plus précoce au Remdesivir, à plus fortes doses, ou en association avec d’autres antiviraux ou des anticorps neutralisants, pourrait être plus efficace sur les patients atteints de formes graves de covid-19. 

De multiples essais en cours dans le monde, dont l’essai européen Discovery, devraient permettre de trancher entre l’étude américaine et l’étude chinoise. 

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 − neuf =