Brésil : corruption et remaniement 

Brésil : corruption et remaniement 

Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a nommé, mardi, André Mendonça au poste de ministre de la Justice, en remplacement de l’ex-juge anticorruption Sergio Moro, qui a démissionné vendredi dernier.

La décision a été publiée au Journal officiel, où le président a également annoncé la nomination d’Alexandre Ramagen, en tant que nouveau chef de la police fédérale, en remplacement de Mauricio Valeixo, dont le départ a entraîné la démission de Moro.

Ce choix représente un revirement dans les intentions du chef de l’Etat, qui penchait au début pour Jorge Oliveira, actuel chef du secrétariat général de la présidence et son homme de confiance, mais il a finalement préféré choisir une personne avec un profil plus technique et loin de son entourage immédiat.

Moro a annoncé sa démission vendredi après que Bolsonaro ait limogé Valeixo. 

Lors du discours dans lequel il a annoncé sa démission, l’ancien juge a évoqué une « ingérence politique dans les affaires judiciaires », notant qu’un juge du Tribunal suprême fédéral a ordonné l’ouverture d’une enquête sur ces accusations.

De son côté, le parquet a inculpé le président de la Fédération des industries de l’État de Sao Paulo (Fiesp), Paulo Skaf pour corruption.

Considéré comme le leader patronal le plus influent du Brésil, Paulo Skaf aurait reçu environ 900.000 dollars de pots-de-vin de la société de construction « Odebrecht » lors d’une campagne électorale.

Le parquet a indiqué que ces versements ont été bel et bien effectués, mais ne figuraient pas dans les comptes que Skaf a dû remettre aux autorités électorales lorsqu’il était candidat au poste de gouverneur de l’État de Sao Paulo en 2014.

Le chef d’entreprise a été formellement accusé notamment de crimes « de corruption passive et de blanchiment d’argent » dans cette affaire qui fait partie du Lava Jato, la plus grande opération anticorruption de l’histoire du Brésil.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

huit − quatre =