Coronavirus : Pékin accuse l’administration américaine de semer la peur

Coronavirus : Pékin accuse l’administration américaine de semer la peur

La Chine a accusé le gouvernement américain de semer la «panique» suite à l’épidémie de coronavirus. 

Ces propos interviennent après la déclaration d’urgence de santé publique faite vendredi dernier par les autorités américaines. Depuis, les Etats-Unis refusent l’entrée aux non-résidents qui ont été sur le sol chinois au cours des deux précédentes semaines. Cette mesure n’arrange pas du tout de nombreux étrangers, qui ne peuvent pas regagner leur lieu de travail, leur établissement de formation ou simplement visiter ce pays.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying a estimé lundi, lors d’un point de presse, que les agissements américains ne peuvent que « créer et répandre la peur». 

Elle a ajouté que «ce sont précisément les pays développés comme les Etats-Unis qui ont de fortes capacités de prévention des épidémies … qui ont pris l’initiative d’imposer des restrictions excessives contraires aux recommandations de l’OMS».

D’après l’Organisation mondiale de la Santé, la fermeture des frontières pourrait avoir pour conséquence d’accélérer la propagation du coronavirus, au cas où les voyageurs entrent irrégulièrement dans les pays.

L’administration américaine a ordonné le 23 janvier dernier le départ de tout son effectif non urgent et de leurs proches de la ville chinoise de Wuhan, dans la province de Hubei, d’où provient le coronavirus. Quelques jours après, elle a donné son feu vert au départ volontaire de Chine du personnel non urgent et des proches des salariés de l’Etat américain.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

trois × cinq =