L’Allemagne adopte une nouvelle disposition légale en faveur de l’immigration

L’Allemagne adopte une nouvelle disposition légale en faveur de l’immigration

Confrontée à une forte pénurie de main d’œuvre, l’Allemagne a adopté une disposition légale permettant, à dater du 1er mars 2020, d’ouvrir son marché de l’emploi aux ressortissants non-européens.

Le week-end dernier, la chancelière allemande Angela Merkel a parlé de l’impact négatif de ce manque de main d’œuvre pour l’attractivité de la première puissance économique de l’Union Européenne (UE). En effet, des sociétés pourraient décider de quitter ce pays. 

La chancelière allemande a donc tenu lundi dernier, une rencontre avec les partenaires sociaux pour fixer les priorités et les modalités de la nouvelle règlementation du monde du travail.

Cet automne, plus de la moitié des sociétés allemandes étaient préoccupées face à la pénurie de la main d’œuvre. Certaines solutions envisagées, dont l’augmentation du nombre de salariés plus âgés et de femmes actives ou de meilleures qualifications pour les sans-emploi, demeurent insuffisantes. 

Le taux de chômage outre-Rhin bat des records de faiblesse. En plus, 2,5 millions de ressortissants d’un autre Etat-membre de l’UE travaillent d’ores et déjà sur le sol allemand.

La population active en Allemagne va baisser de cinq millions de personnes d’ici quinze ans à cause du vieillissement de la population allemande et les ressources humaines disponibles dans le pays ne sont pas suffisantes pour combler un tel déficit, tout comme la main d’œuvre en provenance d’autres pays de l’UE.

Ainsi, en vertu de cette nouvelle loi, les délais d’obtention des visas seront écourtés  et l’apprentissage de l’allemand, encouragé. Des projets pilotes seront initiés en collaboration avec les gouvernements brésilien, indien et vietnamien.

Le site web «Make it in Germany» sera traduit dans diverses langues de sorte à promouvoir les opportunités offertes par l’Allemagne auprès de la main d’œuvre étrangère qualifiée.

En outre, dans un futur proche, un citoyen non européen qualifié aura la possibilité de séjourner sur le sol allemand sans contrat de travail et bénéficiera de six mois pour tenter d’en décrocher un. 

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + onze =