La Corée du Sud entame l’élection présidentielle anticipée

La Corée du Sud entame l’élection présidentielle anticipée

Les élections présidentielles anticipées en Corée du Sud qui mettent en compétition, 15 candidats en lice, ont débuté ce jeudi et devraient permettre aux électeurs de choisir le futur remplaçant l’ex-présidente Park Geun-Hye destituée suite à son implication dans un scandale de corruption.

Les derniers sondages autorisés publiés hier jeudi, donnent Moon Jae-in, issu des rangs du Parti démocrate, orienté au centre-gauche, grand favori du scrutin à un tour. Ce candidat avait déjà perdu la bataille contre l’ancienne présidente Park Geun-hye lors de l’élection de 2012.

Les militaires sud-coréens ont voté ce jeudi. Ce sont plus de 3.500 bureaux de vote qui seront ouverts à travers le pays pour permettre aux Sud-Coréens de voter jusqu’à ce soir.

La semaine dernière, c’est un nombre record de Coréens vivant à l’étranger qui avaient déposé leurs bulletins dans les urnes. Moon Jae-in compte plus de 15 points d’avance sur son poursuivant direct Ahn Cheol-soo, qui ne se déclare ni de droite ni de gauche, et promet une «nouvelle politique».

La tâche du futur locataire de la Maison bleue, le nom du palais présidentiel, s’annonce délicate, dans un contexte exceptionnel, avec une population qui veut des réformes pour lutter contre la corruption, les inégalités et le chômage des jeunes.

La campagne électorale a été fulgurante, commencée seulement le 10 mars dernier, lorsque la Cour constitutionnelle a confirmé la destitution pour corruption de la présidente conservatrice Park Geun-hye, approuvée trois mois plus tôt par l’Assemblée nationale.

Actuellement en détention, l’ancienne présidente sud-coréenne âgée de 65 ans a été inculpée à la mi-avril de 18 chefs d’accusation, parmi lesquels abus de pouvoir et corruption ou encore divulgation de secrets d’Etat.

Le vaste scandale qui a entraîné sa chute, et qui avait poussé des centaines de milliers de manifestants dans les rues pour demander son départ, a également conduit l’héritier de l’empire Samsung derrière les barreaux.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt + 14 =