La Russie déplore 71 morts par intoxication aux huiles de bain

La Russie déplore 71 morts par intoxication aux huiles de bain

Le bilan de l’intoxication aux huiles de bain contenant du méthanol, une substance toxique, ingurgitées par des Russes à Irkoutsk, en Sibérie, s’est alourdi à 71 morts, a annoncé ce jeudi, la délégation locale du ministère russe de la Santé.

Selon Tatiana Lebedeva, la porte-parole de l’antenne locale du ministère de la Santé citée par l’agence Interfax, 117 personnes ont été intoxiquées depuis le week-end dernier. Les enquêteurs ont indiqué que deux personnes ont été arrêtées suite à ces décès et des perquisitions sont menées dans les magasins où sont vendues ces huiles de bain. Selon RFI, près de 500 litres d’alcool frelaté auraient été trouvés dans une centaine de points de vente différents.

Les drames de ce genre sont malheureusement fréquents dans le pays, où les conditions climatiques sont très rudes en hiver pour les habitants de la région. Les autorités assurent pourtant que l’étiquette de l’huile consommée indique clairement que le produit contient du méthanol, une substance toxique qui est souvent utilisée comme un antigel, et qu’il est par conséquent, impropre à la consommation.

La consommation de 20 à 50 millilitres de méthanol suffit à tuer une personne. Mais avec un prix de la vodka vendue officiellement dans le commerce devenu prohibitif pour des millions de Russes démunis, notamment en province où le niveau de vie est très faible, la consommation de substances alcoolisées impropres à la consommation ne cesse de se développer, en raison principalement de leur faible prix.

Selon plusieurs estimations, environ 25 millions de Russes ont des revenus insuffisants pour s’approvisionner en alcool par les circuits légaux.

Hier mercredi, le président russe Vladimir Poutine a ordonné au gouvernement de durcir les règles encadrant les substances alcoolisées vendues pour des usages pharmaceutiques ou cosmétiques, afin de «réduire leur consommation».

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

deux + quatorze =