Les sud-coréens exigent la démission de la présidente pour trafic d’influence

Les sud-coréens exigent la démission de la présidente pour trafic d’influence

park-geun-hyeDes milliers de Sud-Coréens sont descendus samedi dans les rues des grandes villes du pays pour demander la démission de la présidente, Park Geun-hye, empêtrée dans un scandale ayant révélé que sa conseillère Choi Soon-sil est la fille d’un gourou qui a profité de son influence pour détourner de l’argent.
Ce scandale qui a éclaté cette semaine, a été ravivé par le retour hier dimanche à Séoul de la conseillère de la présidente.
Rien qu’à Séoul, entre 8 000 et 20 000 personnes, adolescents en uniforme scolaire, syndicalistes et couples avec enfants, ont manifesté, en brandissant des bougies.
Choi Soon-sil, que les médias locaux ont surnommé la véritable « Raspoutine » version sud-coréenne et qui n’occupe aucun poste officiel, est soupçonnée d’avoir profité de ses liens avec la présidente pour extorquer de l’agent aux principaux conglomérats du pays.
Agée de 60 ans, Choi Soon-sil est la fille d’une mystérieuse figure religieuse, Choi Tae-min, chef autoproclamé d’un culte religieux, l’Eglise de la vie éternelle, qui s’est marié six fois et qui était devenu le  mentor de Park Geun-hye après l’assassinat en 1974 de sa mère, affirmant qu’il avait vu cette dernière en rêve lui demandant d’aider sa fille.
Les médias sud-coréens assurent que Choi Soon-sil a hérité de son père décédé en 1994 d’une influence inappropriée et malsaine sur la présidente. Il semble qu’elle corrigeait ses discours et la conseillait sur des nominations cruciales et des questions de politique. Son ex-époux a été l’un des principaux adjoints de Park Geun-hye jusqu’à son élection en 2012.
Face à ce scandale, la présidente sud-coréenne s’est publiquement excusée vendredi et a demandé à dix de ses principaux conseillers de démissionner de leurs fonctions, une décision qui annonce un remaniement du cabinet présidentiel. En plus, les domiciles et bureaux des conseillers de haut rang de la présidente, dont le mandat s’achève dans un an, ont été perquisitionnés samedi par les enquêteurs. Mais il n’est pas sûr que cette initiative suffise à calmer la population.

Talia Stiegler

Talia Stiegler

Spécialiste des marchés émergents, passionnée par les questions de stratégie et de business. Auteur et contributrice sur le site de l'Express http://communaute.lexpress.fr/membre/taliastiegler

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 × quatre =