La Russie met au point un nouveau missile nucléaire capable de détruire le Texas ou la France

La Russie met au point un nouveau missile nucléaire capable de détruire le Texas ou la France

missile-russieLes autorités russes ont dévoilé leur nouveau missile nucléaire surnommé « Satan 2 » par l’Otan, de son nom de combat RS-28 Sarmat. Ce missile a la particularité de pouvoir détruire une superficie grande comme la France ou le Texas en quelques secondes.
Les images de ce nouveau missile ont été diffusées par le centre balistique russe Makeev, un complexe stratégique conçu pour remplir efficacement les tâches de dissuasion nucléaire des forces stratégiques russes.
C’est en juin 2011 que le contrat public pour le développement du missile Sarmat a été signé par le ministère russe de la Défense et le bureau de Makeev. Ses concepteurs présentent ce nouveau missile comme un missile lourd à combustible liquide de cinquième génération à deux étages. Destiné à remplacer les vieillissants missiles R-36M, ce missile a été soumis par les autorités russes à des tests aux mois d’avril et d’août dernier.
Il pourrait entrer en production en 2018 et succéder aux missiles Satan, de leur nom de combat Voevoda, qui ont plus de peine à passer au travers de défenses antimissile, à l’horizon 2020.
Ce nouveau missile a une capacité d’action de 10.000 kilomètres et pourrait ainsi atteindre Paris, Londres ou même des villes de la côte ouest américaine. Il se distingue de ses prédécesseurs par un puissant complexe de franchissement de la défense antimissile, une trajectoire suborbitale et des ogives hypersoniques.
Sa technologie furtive lui permet de tromper les systèmes radars. Ses ogives, au nombre de 10 à 15 et d’une puissance de 750 kilotonnes chacune, sont invulnérables face aux systèmes de défense antimissile et antiaérienne, et lui donnent la possibilité de détruire un territoire grand comme l’Etat américain du Texas ou encore la France.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + 10 =