Le Rwanda et la Tanzanie pour le retour du Maroc à l’UA

Le Rwanda et la Tanzanie pour le retour du Maroc à l’UA

tanza-m6A l’occasion de la visite du roi Mohammed VI du Maroc en Tanzanie où il est arrivé dimanche, le gouvernement tanzanien par la voie de son ministre des Affaires Etrangères Augustina Mahiga, a apporté son plein soutien au royaume dans sa décision visant à réintégrer l’Union Africaine (UA), une position exprimée  également par le Rwanda.

C’est un pas de plus enregistré par le Maroc dans le processus de réintégration de l’UA. Le royaume a en effet obtenu le soutien effectif de la part de la Tanzanie concernant ce sujet sensible. Ce soutien vient donc s’ajouter à la longue liste des pays africains qui ont demandé à ce que le Maroc retrouve sa place au sein de sa famille africaine.

Une position particulièrement appuyée par le Rwanda, où le souverain marocain a achevé dimanche une visite officielle inscrite dans le cadre d’une tournée en Afrique de l’Est, qui le conduira ensuite en Ethiopie. Dans le communiqué conjoint rendu public à l’issue de la visite de Mohammed VI au Rwanda, le chef d’Etat rwandais Paul Kagame a réitéré le soutien de son pays à la décision du retour du Maroc à l’UA.

Le Rwanda réitère son « engagement ferme à œuvrer pour sa réussite, à la faveur d’une admission prompte et inconditionnelle du royaume du Maroc dans sa famille institutionnelle panafricaine, dès le prochain Sommet de l’UA», précise le document conjoint.

Le sommet de l’Union africaine qui devrait acter le retour du Maroc est prévu en janvier prochain à Addis-Abeba. Plus de 32 ans avoir quitté l’OUA pour protester contre l’admission de la république de Sahara (Rasd), autoproclamée par le mouvement séparatiste du Polisario avec le soutien de l’Algérie, le Maroc a déposé le 22 septembre dernier une demande pour réintégrer l’Union Africaine.

Le Maroc est soutenu par une majorité d’Etats africains (28 pays sur 54 au total), qui ont introduit, en juillet dernier, une demande officielle pour le retour du royaume à l’UA. Ils appellent également à la neutralité de l’organisation panafricaine dans le conflit du Sahara Occidental, dont le processus  règlement est entre les mains du Conseil de sécurité de l’ONU.

Enregistrer

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − sept =