Afrique du Sud : le président Zuma tente d’empêcher la publication d’un rapport accablant

Afrique du Sud : le président Zuma tente d’empêcher la publication d’un rapport accablant

jacob-zuma1Le chef d’Etat sud-africain, Jacob Zuma a déposé en justice un recours en urgence dans l’espoir d’empêcher la parution d’un rapport d’enquête de la médiatrice de la République, qui parle de «la capture de l’Etat» par certaines familles d’affaires proches du pouvoir.

Parmi ces familles qui exercent une influence pour orienter selon leurs intérêts, les décisions et nominations au sommet de l’Etat, figurent les Gupta, une puissante famille d’origine indienne qui est soupçonné d’avoir réclamé, en décembre dernier, un remaniement brusque au ministère des Finances.

La médiatrice de la République, Thuli Madonsela  qui doit quitter ses fonctions demain samedi,  comptait  présenter ce rapport la veille, avant que le gouvernement ne l’en empêche à la dernière minute.

En début de semaine, le président sud-africain avait demandé, dans un communiqué, à Mme Madonsela de ne pas exposer ses conclusions sur ce sujet avant que lui-même n’interroge les témoins mentionnés dans le document. Parmi ceux-ci figurent, entre autres, l’opposant Julius Malema et le vice-ministre des Finances, qui a assuré que les Gupta lui ont proposé directement le fauteuil d’argentier du gouvernement sud-africain.

Par ailleurs, Jacob Zuma a déploré, dans le même communiqué, avoir été convié à la dernière minute par la médiatrice de la République à un interrogatoire, qui s’est étendu sur quatre heures la semaine dernière. De plus, Thuli Madonsela a été la cible d’attaques des avocats de la famille Gupta, selon lesquels elle agissait «à ses risques et périls», allant jusqu’à menacer de la traîner en justice au cas où elle citait leurs clients dans son rapport.

Quoi qu’il en soit, la courageuse médiatrice de la République est restée déterminée à présenter son rapport avant la fin de son mandat. Ce qui a contraint l’Exécutif à déposer en urgence, un recours urgent pour tenter de bloquer la publication ce rapport très accablant pour un régime qui semble être profondément gangréné par la corruption et la prévarication au haut sommet de l’Etat. La justice entendra cette affaire mardi prochain.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × cinq =