Algérie : fort recul des importations de véhicules

Algérie : fort recul des importations de véhicules

importation-vehicules-algerieLes importations de véhicules en Algérie ont reculé de manière considérable sur les cinq premiers mois de l’année en cours. D’après des informations émanant des Douanes, la facture d’importation a baissé à environ 555 millions de dollars au cours de cette période, contre 1,72 milliard de dollars au terme des cinq premiers mois de 2015, soit un recul  de 1,165 milliard de dollars (-68 %).

Pour ce qui est du nombre des véhicules importés, il a diminué de 75 % avec 35.925 véhicules importés entre janvier et mai 2016, d’après les données du Centre national des statistiques des Douanes (CNIS) rendues publiques par l’agence de presse officielle APS.

Pour rappel, 144.060 véhicules avaient été importés en Algérie pendant la même période de 2015, soit une différence de 108 135 véhicules en rythme annuel. Il faut noter que ces chutes ont varié de 2 % à 98 % suivant les concessionnaires, avec une part importante chez les marques asiatiques. Aucune information supplémentaire relative à la répartition des importations par marque n’a été communiquée.

Faisant face à la chute des recettes nationales en devises, les autorités algériennes ont pris la décision de diminuer sensiblement les importations de véhicules. Dans cet objectif, des licences d’importation ont été instaurées. Le contingent quantitatif d’importation des véhicules avait été initialement fixé à 152.000 unités pour cette année, avant d’être ramené, au final, à 83.000 unités réparties entre 40 concessionnaires.

Le ministère algérien du Commerce prévoit que la facture d’importation des véhicules ne dépasse par le milliard de dollars en 2016, alors qu’elle était de 3,14 milliards de dollars (265.523 véhicules) l’année dernière.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − 11 =