L’Espagne tend inexorablement vers de nouvelles législatives

L’Espagne tend inexorablement vers de nouvelles législatives

Le-leader-Parti-Socialiste-EspagnolLa journée du mardi 29 mars marquait le 100ème jour sans gouvernement en Espagne, depuis les dernières élections législatives, et si, les discussions en cours n’aboutissent pas à la formation d’un gouvernement de coalition d’ici le 2 mai prochain, les Espagnols seront contraints de retourner aux urnes le 26 juin.

Les tractions entre les états-majors des différentes formations politiques du pays, même si leurs chances d’aboutir sont jugées très minces par les observateurs. Si tous les partisans se disent ouverts et prêts à trouver des compromis, la réalité politique rend un accord peu probable.

Le secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), Pedro Sanchez devrait rencontrer ce mercredi, Pablo Iglesias, le leader de Podemos, le parti de gauche radicale, pour tenter une dernière fois, de le convaincre de soutenir sa candidature au poste de président du gouvernement.

Pedro Sanchez fonde son action politique sur une alliance assez étroite avec le parti libéral Ciudadanos (Citoyens) d’Albert Rivera. Mais cette alliance ne compte que 130 députés sur les 350 qui siègent au Congrès des députés, la chambre basse des Cortes, ce qui est loin de la majorité nécessaire pour gouverner le pays.

De son côté, le président du gouvernement sortant, Mariano Rajoy a une nouvelle fois plaidé ce mardi, pour un gouvernement de coalition entre son Parti populaire de droite, le PSOE et Ciudadanos.

L’échec les 2 et 4 mars derniers du secrétaire général du PSOE, Pedro Sanchez, à coaliser une majorité semble avoir enterré toute possibilité de parvenir avant le 2 mai prochain, à un accord sur le futur gouvernement.

A cette date, les Cortes, le Parlement espagnol, seront automatiquement dissous. Et ce scénario n’est pas une garantie de sortie de crise puisqu’il n’est pas sûr qu’un nouveau scrutin permette de résoudre davantage la nouvelle équation politique d’une Espagne qui est définitivement sortie du bipartisme.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

cinq × 2 =