Algérie : La loi de finances 2016 prévoit de nouvelles hausses fiscales

Algérie : La loi de finances 2016 prévoit de nouvelles hausses fiscales

plf-algerie-2016Le ministre algérien des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, a déclaré lundi que la hausse de certaines taxes prévues dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) 2016 ne concernera pas les couches défavorisées.

Le ministre algérien a profité de son intervention à un Forum organisé par la Radio nationale pour préciser que les nouvelles dispositions fiscales et taxes ont pour objectif de rationaliser la consommation des produits dont le subventionnement pèse considérablement sur le budget de l’état. En clair, le PLF 2016 prévoit l’augmentation du taux de la TVA de 7 % actuels à 17 % pour les prix de vente du gasoil et du gaz naturel dans le cas d’une consommation supérieure à 2500 thermie/trimestre et celui de l’électricité pour une consommation dépassant les 250 kilowatt-heure/trimestre.

Ce qui va entraîner une augmentation des prix des carburants à 19 DA (0,18 dollar) le litre pour le gasoil et à 25 DA (0,23 dollar) le litre pour l’essence. A en croire l’argentier du gouvernement algérien, l’Etat continuera de subventionner les prix de ces produits en cas de consommation « raisonnable ». Mais, au-delà d’un certain seuil, le citoyen sera dans l’obligation de s’acquitter de ces nouvelles taxes.

Par ailleurs, Benkhalfa a fait savoir que l’augmentation des taxes ne permettra tout de même pas au prix de vente des carburants, de l’électricité et du gaz de couvrir le prix de revient. Il a aussi indiqué que les nouvelles mesures fiscales ont pour but de diminuer les flux de contrebande aux frontières qui visent particulièrement les carburants avant de rappeler que, dans le cadre du même projet de loi de finances, il a été proposé de diminuer les dépenses budgétaires à hauteur de 9 % en comparaison avec le budget de 2015. Cette réduction portera sur les dépenses de fonctionnement.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre − un =