Egypte : deux policiers victimes de la branche locale de l’EI

Egypte : deux policiers victimes de la branche locale de l’EI

police-egypte-tuesSelon une annonce faite mercredi par le ministère égyptien de l’Intérieur, deux policiers ont été abattus mercredi dans le Sinaï par des hommes armés. Peu après, la branche locale du groupe Etat Islamique (EI) a revendiqué cette attaque.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué, par voie de communiqué, que « des inconnus à moto ont ouvert le feu sur deux policiers, qui sont morts de leurs blessures », à Al-Arich, chef-lieu de la province égyptienne du Nord-Sinaï. Et des responsables en charge de la sécurité d’ajouter que ces meurtriers sont parvenus à s’enfuir. De son côté, le mouvement « Province du Sinaï », qui constitue la filiale égyptienne de l’organisation de l’EI, n’a pas tardé à revendiquer ces meurtres via le réseau social Twitter, disant avoir « tué deux policiers infidèles » et postant des images de l’attaque et du corps de l’une des victimes.

Depuis la destitution par l’armée de l’ex-président égyptien, l’islamiste Mohamed Morsi, en juillet 2013, divers groupes djihadistes, dont Province du Sinaï, perpètrent des attaques à répétition contre les forces de l’ordre. Ainsi, d’après l’Exécutif égyptien, des centaines de policiers et militaires ont trouvé la mort dans ces attaques ou autres attentats à la bombe sur ces deux dernières années. La majorité de ces attaques ont eu lieu dans la péninsule du Sinaï, qui se situe à proximité de la frontière avec Israël et de la bande de Gaza. Les djihadistes disent agir en représailles à la sévère répression que mènent les autorités égyptiennes contre les partisans de M. Morsi, dont nombre appartiennent à la confrérie des Frères musulmans.

Sarah J Cohen

Sarah J Cohen

Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × deux =