Koweït : HRW plaide pour la libération d’un cyberactiviste

Koweït : HRW plaide pour la libération d’un cyberactiviste

Saleh-al-SaidJeudi, l’ONG Human Rights Watch (HRW) a demandé à l’émir du Koweït, Sabah al-Ahmed Al-Sabah, d’annuler la peine infligée à un blogueur koweitien. Pour avoir posté sur le réseau social Twitter des messages jugés offensants envers l’Arabie Saoudite, ce dernier a été condamné à six ans d’emprisonnement.

La justice koweitienne a jugé Saleh al-Saïd coupable d’avoir commenté, sur Twitter, un conflit opposant l’Arabie Saoudite au Koweït et relatif à une zone pétrolière neutre sur laquelle la production a été totalement arrêtée. En outre, il a été reproché à ce blogueur d’avoir posté des tweets sur la position hostile des pays du Golfe à l’égard du régime syrien. Sur cette base, la Cour suprême a confirmé la semaine dernière sa peine. De son côté, HRW a estimé jeudi par voie de communiqué que « l’émir du Koweït devrait abandonner la peine de prison infligée au blogueur, Saleh al-Saïd, (et) ordonner sa libération ». Dans la suite, cette ONG de défense des droits humains a appelé le Parlement à « révoquer les lois permettant aux autorités de porter plainte contre des critiques pacifiques qui exercent leur droit à la liberté d’expression ». A ce propos, pas plus tard que mardi dernier, le Parlement koweitien a avalisé un nouveau texte portant sur le cybercrime, lequel prévoit de peines encore plus lourdes à l’encontre des cyberactivistes.

Par ailleurs, HRW a indiqué que, depuis décembre dernier, cinq personnes au minimum, dont un élu et ancien membre du Parlement, ont été poursuivies par la justice koweitienne pour insultes à l’Arabie Saoudite ou à la famille royale saoudienne. Toujours au Koweït, plusieurs opposants et cyberactivistes sont actuellement emprisonnés pour insultes à l’émir.

Thomas Haeflin

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 × 2 =