Amérique Moyen Orient Stratégie

Syrie : les préparatifs de Genève-2 patinent

syrie-rebelles-geneve2Les préparatifs pour la conférence de Genève sur la Syrie patinent dans les divergences entre Washington et Moscou sur des questions liées à la participation de l’Iran ou à un cessez-le-feu limité à défaut d’accord sur les questions de fond.
Les modalités d’une transition politique en Syrie sont le véritable point d’achoppement entre les divers protagonistes, réunis à Paris en prévision de la conférence de Genève du 22 janvier. L’opposition armée, soutenue par les Etats-Unis et les pays du Golfe notamment, continue d’exiger le départ de Bachar Assad au moment où la Russie et l’Iran continuent d’appuyer de toutes leurs forces le régime de Damas. Autre point de divergence entre Washington et Moscou, la participation de l’Iran et de l’Arabie Saoudite. La Russie juge que la présence de ces deux puissances régionales est « impérative » compte tenu de leur implication directe dans le conflit syrien, alors que les Etats-Unis s’opposent à la participation de Téhéran.
L’administration américaine n’envisage la participation de l’Iran qu’à la condition que Téhéran accepte la transition politique. Une condition qui se traduirait par la formation d’un  gouvernement provisoire regroupant l’opposition armée et des représentants du régime de Damas. Cette exigence signifie l’acceptation implicite du départ de Bachar Assad, ce que l’Iran et la Russie continuent de refuser obstinément. Damas a d’ailleurs réitéré que toute transition devrait être conduite par Assad en personne. De son côté, l’opposition reste divisée entre participationnistes et djihadistes réfractaires. Dans ce climat de doute, la réussite de Genève-2, ni même sa réunion dans les délais prévus, n’est pas acquise à quelques jours seulement de la date prévue.
C’est pourquoi à Paris, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry et son homologue russe, Sergueï Lavrov, ont essayé de contourner l’obstacle du départ de Bachar Assad en s’accordant sur d’autres questions. Outre un cessez-le-feu limité à la région d’Alep, ils ont proposé des échanges de prisonniers entre Damas et la rébellion. Ils ont aussi évoqué l’instauration de « couloirs  humanitaires », une demande formulée par l’opposition armée qui est mise à rude épreuve depuis plusieurs semaines par l’armée régulière.

Sarah J Cohen
Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.
http://enjeux.info

2 thoughts on “Syrie : les préparatifs de Genève-2 patinent”

  1. Le rôle de l’arabie saoudite, de l’iran et du qatar ne sont que la conséquence de la politique américaine dans la région qui a déjà mis l’Irak à feu et à sang et se poursuit aujourd’hui en syrie

  2. C’est la population syrienne martyrisée qui fait les frais du jeu des puissants. Au moment où des milliers de civils sont tués et clochardisés, armes et combattants étrangers continuent d’arriver à flots dans le pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *