Energie

Ukraine : le gaz, l’arme fatale de Moscou

ukraine-gazMoscou a montré sa détermination à maintenir Kiev dans son giron en décidant de baisser d’un tiers le prix du gaz livré à l’Ukraine. L’objectif est de renforcer la position du président Ianoukovitch face à l’opposition pro-européenne qui fait pression pour la signature d’un accord d’association avec l’UE.
La réduction du tarif du gaz fourni à l’Ukraine entrera en vigueur à partir de janvier, Kiev devant débourser uniquement 268 dollars les 1000 mètres cubes de gaz russe au lieu de 400 dollars actuellement. La Russie a également décidé d’acheter pour 15 milliards de dollars d’obligations émises par le gouvernement ukrainien. Il s’agit d’une autre perche tendue par le président russe Vladimir Poutine à son homologue ukrainien, confronté à une fronde sans précédent de l’opposition qui cherche à l’empêcher d’ancrer davantage l’Ukraine au voisin de l’Est. Il y a presque un mois, le président Viktor Ianoukovitch avait déclenché un vaste mouvement de protestation dans le pays en renonçant à signer un accord d’Association avec l’Union européenne. Même si le mouvement pro-européen semble s’essouffler, des milliers de manifestants continuent de protester et d’appeler à la démission du président.
Mais à la différence de l’Union européenne qui, surprise par l’ampleur du mouvement, a opté pour la suspension des négociations avec Kiev sur l’accord d’association, Moscou a multiplié les signes de soutien au gouvernement ukrainien. Les négociations tenues mardi à Moscou entre Poutine et Ianoukovitch, les troisièmes depuis le début de la crise ukrainienne, en offrent une éclatante illustration.
En bonus de la réduction du tarif du gaz, Moscou a décidé que les livraisons de gaz par le groupe russe Gazprom à l’ukrainien Naftogaz se fassent désormais directement, sans intermédiaire. L’intervention par le passé du groupe russo-suisse  RosUkrEnergo comme intermédiaire dans la livraison de gaz russe à l’Ukraine, a été à l’origine de plusieurs périodes de tension entre les deux pays.

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse.
Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

http://enjeux.info

2 thoughts on “Ukraine : le gaz, l’arme fatale de Moscou”

  1. avec ce renard de Poutine aux commandes, les américains n’ont qu’à bien se tenir à l’avenir

  2. Ukraine, Syrie.. Moscou ne fait rien d’autre que reprendre sa place de puissance qu’elle occupait du temps de la guerre froide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *