Business

Amsterdam réduit de moitié son aide aux pays en développement

Les Pays-Bas se serrent la ceinture en ces temps de crise. Le gouvernement néerlandais compte en effet réduire de plus de la moitié, à partir de 2017, les subventions accordées aux organisations néerlandaises d’aide opérant dans les pays en développement.
Cette forte coupure dans le budget pluriannuel du ministère du commerce extérieur et de l’aide au développement, a été approuvée lors de la dernière réunion du conseil des ministres néerlandais.
La somme déduite fait partie d’un milliard d’euros d’économies sur l’aide au développement prévues par l’exécutif néerlandais.

Ainsi, des organisations comme Oxfam Novib et Hivos verront leurs subventions chuter de 450 à 220 millions d’euros, a déclaré la ministre du commerce extérieur, Lilianne Ploumen.

La réduction du montant de l’aide au développement et du nombre des pays bénéficiaires s’est faite à l’initiative de l’ex-ministre chargé de la coopération internationale, Ben Knapen, qui évoquait à l’époque, une réorientation de la politique de son pays en matière d’aide au développement.
En 2011, le gouvernement néerlandais avait déjà réduit de près de 55 % le nombre des pays bénéficiaires majoritairement africains, et qui est passé de 33 à 15 pays seulement.

Les pays bénéficiaires sont le Bénin, l’Ethiopie, le Rwanda, l’Ouganda, le Kenya, le Burundi, le Ghana, le Mali, le Mozambique, le Soudan, les Territoires palestiniens, l’Indonésie, le Bangladesh, le Yémen et l’Afghanistan.

Au début de l’année 2013, Amsterdam avait également réduit de 40 % les allocations versées aux enfants et veuves des retraités marocains ayant travaillé et cotisé aux caisses de retraite de ce pays.

Le gouvernement néerlandais n’est pas le seul à prendre de pareilles mesures, sous l’effet de la crise, de nombreux autres pays riches, lui ont emboité le pas.

En 2012, les pays membres du Comité d’aide au développement de l’OCDE ont baissé de 4 % leur aide aux pays en voie de développement. Les apports nets d’aide publique au développement ont ainsi diminué, en valeur réelle, de 7,9 milliards de dollars en 2012 par rapport à 2011. Les principales baisses sont à chercher du côté de l’Espagne (-49,7%), de l’Italie (-34,7%), de la Grèce (-17%), du Portugal (-13,1%), et de la Belgique (-13%). De quoi alerter de nombreux acteurs de l’aide au développement, dont OXFAM.

Thomas Haeflin

Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse.
Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.

http://enjeux.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *