Afrique Featured Politique

La justice sud-africaine se prononce sur une vente d’armes controversée

Un tribunal de Pretoria a annulé mercredi dernier les conclusions d’une enquête qui acquittait des responsables gouvernementaux poursuivis pour corruption dans une affaire de vente d’armes, dans laquelle serait également impliqué l’ex-président, Jacob Zuma.

Selon les conclusions rendues publiques en 2016, de l’enquête diligentée durant quatre ans, sur la vente d’armes pour un montant de près de 2 milliards de dollars, il n’y a pas de preuves de corruption ni de fraude.

Mais, un tribunal de la capitale administrative sud-africaine a décidé mercredi d’annuler ces conclusions en raison d’«une série d’erreurs juridiques », de l’absence manifeste de vérification des déclarations de principaux témoins et d’un « refus de prendre en compte les preuves écrites contenant les allégations les plus sérieuses et pertinentes pour l’enquête».

D’après le tribunal, les enquêteurs ont «complètement échoué» à interroger les témoins de manière rigoureuse «en leur posant des questions avec l’ouverture d’esprit et la curiosité nécessaires».

Lors de cette vente d’armes, le gouvernement sud-africain avait acquis un important arsenal, entre autres des navires de guerre, des sous-marins,  des avions de combat et des hélicoptères, auprès de divers pays dont la France, le Royaume-Uni et la Suède.

Thomas Haeflin
Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.
http://enjeux.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *