Afrique

Le Roi du Maroc lance un ambitieux programme de formation professionnelle  

Le Roi du Maroc Mohammed VI a lancé ce jeudi à Rabat, un ambitieux programme de formation professionnelle axé sur la création dès la rentrée 2021, de «Cités des Métiers et des Compétences».

Une feuille de route relative à ce programme a été présentée au souverain lors d’une audience qu’il a présidée au Palais Royal de Rabat, en présence de ses  Conseillers, des membres du gouvernement et d’autres personnalités.

Les futures cités sont des structures multi-sectorielles et multifonctionnelles qui seront implantées dans chacune des 12 régions du Royaume pour devenir un levier stratégique de la compétitivité et un facteur majeur de l’insertion des jeunes dans le monde du travail, a expliqué le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Said Amzazi qui présentait la feuille de Route devant le Roi.
Les «Cités des métiers et des compétence», a-t-il ajouté, sont appelées à dispenser des formations qui répondent aux spécificités et aux potentialités de chaque région, à la fois dans les métiers liés aux domaines d’activités porteurs de l’écosystème dans lequel elles s’implanteront, mais aussi dans les métiers du futur tels que le Digital-Offshoring.

Il s’agit selon le ministre, de formations dans les filières notamment du Digital-Offshoring, de l’agriculture-agro-industrie et l’industrie, de l’Hôtellerie-Tourisme, de l’artisanat et de la santé.  
Au plan pédagogique, la démarche retenue privilégie la maîtrise des langues, l’approche par compétences, avec une priorité à la formation en milieu professionnel par le biais de l’alternance et l’apprentissage.
Les “Cités des Métiers et des Compétences” seront implantées au sein d’écosystèmes à proximité du monde professionnel, a précisé le ministre.
Ces nouvelles Cités pourront dispenser et développer l’ensemble des programmes destinés aux jeunes travaillant dans le secteur informel, l’objectif étant de renforcer leurs compétences techniques et transversales, notamment en langues étrangères, afin de leur permettre d’intégrer le secteur formel dans des conditions satisfaisantes.

Thomas Haeflin
Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.
http://enjeux.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *