Europe Featured

Italie : La mairie de Lodi prive les enfants étrangers de cantine

Les enfants étrangers de Lodi, une localité italienne située non loin de Milan, ne peuvent plus bénéficier d’un tarif réduit de la cantine qu’au cas où leurs parents peuvent prouver qu’ils ne possèdent pas de biens dans leur pays d’origine.
Cette règle instaurée par la maire d’extrême-droite a eu pour conséquence de priver de nombreux enfants étrangers de la cantine. Une collecte a été lancée à Lodi afin d’y remédier.
Avant cette nouvelle règle, il fallait juste présenter une attestation de quotient familial pour jouir d’un tarif réduit pour la cantine et le ramassage scolaire à Lodi. A présent, les familles d’étrangers sont tenues, en outre, de prouver qu’elles n’ont pas de biens dans leur pays d’origine, un préalable introduit par Sara Casanova, la maire issue de la Ligue, une formation d’extrême droite au pouvoir à Rome.
Le problème, c’est que, souvent, «dans ces pays, il n’y a pas de cadastre informatisé», a souligné Il Fatto Quotidiano. « Bien souvent, retourner dans un pays qu’on a fui à cause de la guerre (pour y demander des documents) n’est pas une bonne idée. Bien souvent, cela représente un coût insoutenable. Parfois, cela s’avère impossible», a poursuivi ce journal.
Quoi qu’il en soit, sans les documents demandés, l’accès à la cantine passe de 1,5 euro (1,65 dollar) par enfant à 5 euros (5,5 dollars). Du coup, environ 200 familles sont privées des services de cantine et de ramassage scolaires, selon La Stampa. Les enfants concernés sont priés, au lieu de se rendre à la cantine, de manger, dans une autre pièce, le casse-croûte apprêté par leurs mères.
Des parents de Lodi se sont mobilisés pour appeler à la modification de ce règlement. En parallèle, une collecte a été initiée dans l’objectif de «combler la différence». Cette nouvelle a été largement propagée suite à un reportage de l’émission Piazza Pulita de la chaîne La7, diffusé jeudi dernier.
Le comité a annoncé dimanche dernier sur le réseau social Facebook avoir d’ores et déjà réuni une enveloppe de 60.000 euros, ce qui permettra un accès à la cantine et au ramassage scolaire jusqu’à fin décembre prochain.

Sarah J Cohen
Sarah J. Cohen est une juriste spécialisée en droit international, basée à Strasbourg. Elle a travaillé de nombreuses années en tant que consultante pour divers organismes internationaux après avoir été analyste dans une banque internationale en tant qu'analyste.
http://enjeux.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *