Afrique Business Featured

Bolloré demande à être indemnisé pour son exclusion du projet ferroviaire Cotonou-Niamey

Le groupe français Bolloré a réagi ce mercredi, aux récents propos du président du Bénin, Patrice Talon, l’invitant à se retirer du projet ferroviaire devant relier le Bénin au Niger.

Par la voix de son directeur général, Philippe Labonne, Bolloré Transports et logistics s’est dit «déçu» par les propos du chef de l’Etats, et a réclamé des indemnisations au gouvernement béninois.

En 2008, le Bénin et le Niger avaient lancé un appel d’offre en commun pour la construction et la gestion d’un réseau ferroviaire de 740 km devant relier leurs capitales respectives. Ce marché avait été remporté par Petrolin, la société de l’homme d’affaires béninois Samuel Dossou, avant d’être confié en 2013 au groupe Bolloré, via la société Bénirail, un partenariat privé-public.

L’affaire a été portée devant la justice béninoise qui, en octobre 2017, a débouté Bolloré. Mais le projet est toujours bloqué dans un imbroglio judiciaire, malgré des mois de négociations.

Dans un entretien accordé au magazine français «Challenges» la semaine dernière, le chef de l’Etat béninois a estimé qu’un investisseur privé ne peut pas financer seul ce projet de chemin de fer, qualifiant de «bas de gamme», la proposition faite par le groupe Bolloré.

Pour M. Talon, la Chine dispose de moyens financiers nécessaires pour assurer des travaux estimés à 4 milliards de dollars. «La Chine a démontré son savoir-faire technique» en ce qui concerne les infrastructures en Afrique, a ajouté le président, qui a demandé aux deux concurrents de se «retirer, à l’amiable», du projet, et promis de les «indemniser de façon équitable».

Se confiant à la presse ce mercredi, en marge de l’Africa CEO-forum à Abidjan (Côte d’Ivoire), le Directeur Général de Bolloré Transports et logistics a regretté l’imbroglio juridique au tour de ce projet « important » pour les pays impliqués, et réclamé des indemnisations à hauteur des investissements déjà réalisés, notamment la construction de 140 kilomètres de ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *