Featured Politique

Afrique du Sud : L’ANC envisage un départ anticipé du président Zuma

L’ANC, formation politique au pouvoir en Afrique du Sud, a indiqué lundi avoir évoqué, lors d’une réunion de sa direction, le départ anticipé du chef d’Etat sud-africain Jacob Zuma, sans pour autant lui fixer un ultimatum.

Ces dernières années, ce parti a vu sa cote de popularité baisser en raison des accusations de corruption qui pèsent sur le président sud-africain et de la crise économique dans le pays.

Devant la presse, le secrétaire général de l’ANC, Ace Magashule, a indiqué que la direction du parti a convenu de confier cette question aux responsables. «Il y aura des discussions entre les responsables (du parti), le président Zuma et le président (du parti Cyril) Ramaphosa», a-t-il ajouté. Et d’affirmer qu’«il n’y a pas de décision prise pour renvoyer Jacob Zuma», ni «de date butoir».

Par ailleurs, Magashule a assuré que le parti sud-africain au pouvoir est «décidé à regagner la légitimité morale». Il est à noter que le secrétaire général de l’ANC est lui-même impliqué dans des affaires de corruption.

Le mois dernier, l’actuel vice-président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a été élu à la tête de l’ANC, succédant ainsi à Jacob Zuma. La lutte contre la corruption constitue la principale promesse électorale du nouveau leader de cette formation politique au pouvoir depuis la fin officielle de l’apartheid en 1994.

Certains observateurs estiment que M. Ramaphosa souhaite un départ anticipé du président Zuma pour permettre au parti de reconquérir son électorat avant les élections législatives de 2019. Si l’ANC remporte ce scrutin, Cyril Ramaphosa deviendra le nouveau président de l’Afrique du Sud, en remplacement de Jacob Zuma dont le mandat prend normalement fin en 2019.

Thomas Haeflin
Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.
http://enjeux.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *