Stratégie

Le sidérurgiste allemand Thyssenkrupp supprime plus de 2.000 emplois

Le sidérurgiste allemand Thyssenkrupp, qui table sur une perte nette en 2017, a annoncé mardi la suppression de 2.000 à 2.500 postes d’emploi dans son administration d’ici 2020 dans le cadre d’un plan de restructuration.

Le conglomérat allemand compte aujourd’hui près de 18.000 employés dans ses services administratifs. A travers la compression de son personnel administratif, Thyssenkrupp souhaite épargner 400 millions d’euros (440 millions de dollars) par an, précise le groupe dans communiqué. L’industriel s’est engagé à « tout faire » pour éviter des licenciements secs.

Ces mesures s’inscrivent dans la continuité d’un plan d’économie initié en 2010–2011, qui reposait, entre autres, sur les achats et processus industriels.

Thyssenkrupp a indiqué que cette feuille de route lui a permis de diminuer ses coûts de 800 millions à 1 milliard d’euros par an.

Néanmoins, ce géant de l’industrie allemande a jugé qu’il lui fallait encore faire des progrès au sein de son administration, dont les coûts, correspondant à 2,4 milliards d’euros par an, restent encore «nettement trop élevés».

En février dernier, ce groupe allemand avait annoncé qu’il essuierait une perte nette au terme de son exercice décalé 2016–2017, à la suite de la vente à perte de son aciérie au Brésil.

Avant cela, Thyssenkrupp tablait sur «une nette amélioration» de son bénéfice net annuel comparativement aux 296 millions d’euros générés au cours de l’exercice 2015–2016.

Thomas Haeflin
Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.
http://enjeux.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *