Featured Politique

Afrique du Sud : L’Alliance Démocratique suspend son ex-présidente

Le parti de l’opposition sud-africaine «Alliance Démocratique» (DA) a décidé de suspendre son ancienne présidente, Helen Zille, de toutes ses fonctions en sein du parti, pour avoir posté, il y a deux mois, plusieurs tweets sur les aspects «positifs» de la colonisation.

Cette décision a été annoncée samedi par l’actuel leader de la DA, Mmusi Maimane. L’ex-cheffe de l’opposition sud-africaine (2007-2015) s’est distinguée, à plusieurs reprises, par ces sorties sur les réseaux sociaux. Mais le dérapage dont il est question a vraisemblablement constitué la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

«Pour ceux qui considèrent que l’héritage du colonialisme est seulement négatif, pensez à l’indépendance de la justice, au réseau de transports, à l’eau courante etc », avait-elle posté sur Twitter le 16 mars dernier. Et d’ajouter : « est-ce que nous aurions ce niveau de soins spécialisés et de traitements sans l’influence coloniale ? Soyez honnêtes, s’il vous plaît ».

Malgré ses excuses, la DA a décidé d’ouvrir une procédure disciplinaire à l’encontre de l’actuelle Première ministre de la Province du Cap occidental. « Les tweets initiaux de Mme Zille et ses justifications ultérieures ont porté atteinte à notre réputation au sein de l’opinion publique et … minent notre projet de réconciliation», a déclaré M. Maimane.

De son côté, Mme Zille a prévenu qu’elle ne se laissera pas faire, estimant que cette procédure est illégale au regard des textes de l’Alliance Démocratique.

Talia Stiegler

Spécialiste des marchés émergents, passionnée par les questions de stratégie et de business. Auteur et contributrice sur le site de l’Express http://communaute.lexpress.fr/membre/taliastiegler

http://communaute.lexpress.fr/membre/taliastiegler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *