Monde

Le HCR demande à Tripoli la libération des demandeurs d’asile et des réfugiés

Le Haut Commissaire des nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi a appelé hier dimanche à la libération des demandeurs d’asile et des réfugiés, à l’issue de la visite qu’il a effectuée dans un centre de rétention dans la capitale libyenne Tripoli.

Le patron du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) a exprimé sa demande dans un communiqué à travers lequel il se dit choqué par les conditions difficiles dans lesquelles les réfugiés et les migrants sont détenus en Libye, dont «personnes qui dorment les unes sur les autres».

Filippo Grandi a déclaré comprendre les inquiétudes des autorités libyennes en matière de sécurité, mais il reste convaincu que d’autres solutions devraient être trouvées pour les migrants venant de pays en conflit comme les Syriens ou les Somaliens.

Le patron du HCR a notamment recueilli des «témoignages très difficiles» sur des cas d’esclavage moderne de la part de «gangs et d’éléments criminels».

Des milliers de migrants interceptés ou sauvés en Méditerranée lors de leur tentative de traversée vers l’Europe, sont détenus dans une quarantaine de centres de détention en Libye dans des conditions très difficiles.

Le HCR assure avoir obtenu durant les dix-huit derniers mois, la libération de plus de 800 réfugiés vulnérables et demandeurs d’asile et espère obtenir des résultats encore plus probants.

Travaillant actuellement en Libye avec des équipes réduites sur le terrain, le HCR espère réinstaller à plein temps, d’ici quelques semaines, du personnel étranger dans le pays, en dépit de la «situation politique et militaire difficile» de la Libye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *