Business

Les exportations de vins de Bordeaux dopés par le marché chinois

chinois-vin-francaisLe Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), a publié ce mardi, des chiffres qui attestent de la mauvaise passe que traverse actuellement le vin de Bordeaux au niveau de la commercialisation. La seule bonne nouvelle est venue de Chine où les exportations ont bondi de +22%.

Les chiffres publiés par le CIVB couvrent la période allant de juin 2015 à juin 2016. Les exportations de vins de Bordeaux vers la Chine ont totalisé 502.000 hectolitres contre 412.000 l’année précédente, pour un chiffre d’affaires d’environ 300 millions d’euros, contre 238 millions d’euros un an plus tôt.

Les marchés asiatiques ont été la véritable locomotive des exportations de vins de Bordeaux. S’il a perdu sa première place au profit de la Chine continentale qui elle est revenue à son niveau le plus haut, le territoire de Hong Kong, qui reste tourné vers le haut de gamme, demeure orienté à la hausse avec une progression de +9%.

Mais dans l’ensemble, avec des replis de 3% en volume à 2,02 millions d’hectolitres, et de 5% en valeur à 1,75 milliard d’euros, le bilan est négatif, notamment à cause de la baisse de la demande en Europe.

La Belgique, deuxième destination pour les vins de Bordeaux, affiche une baisse de 8% pour la deuxième année consécutive, le Royaume-Uni une baisse de 6% et l’Allemagne s’est écroulée de 34% pour une valeur de 103 millions d’euros, contre 165 millions d’euros l’année précédente.

Le président du CIVB estime que la commercialisation des vins de Bordeaux est toujours impactée par la faible vendange de 2013 et les récoltes moyennes de 2014 et 2015, mais se dit convaincu qu’un renversement de la tendance n’allait pas tarder avec les bons rendements attendus cette année.

Les pays, parmi les principaux clients, à avoir conservé une stabilité de leur consommation sont les Etats-Unis, troisième pays en valeur à 188 millions d’euros et quatrième en volume à 179.000 hectolitres, et le Japon qui, après avoir chuté d’environ 10% l’an passé, a importé 159.000 hectolitres pour une valeur de 113 millions d’euros.

Thomas Haeflin
Journaliste, Blogueur basé à Bâle en Suisse. Expert dans la politique, Gouvernement et Économie.
http://enjeux.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *